Des bouquins de dispo et Horus Data

J’avais annoncé précédemment que j’attendais des nouvelles du Play Livres de Google et ça y est, certains bouquins sont disponibles dessus. Dont une version plus riche en lecture d’Émotions et Fantaisie que la version audio (à laquelle il manque la nouvelle Passion Parano, mais l’enregistrement voix est fait).

Émotions et Fantaisie

Vous pouvez donc voir ma page auteur Janis Blake sur Play Livres ici. Et les couvs de certains ouvrages vont se mettre à jour dans la semaine qui vient.

Ensuite, je parlais de créer un site multimédia et c’est presque le cas avec Horus Data. Ce site est assez expérimental et il faut que j’explique un peu ce genre de labo où je m’éclate avec le code.

Horus Data

Alors déjà, il est hébergé sur mon ordinateur qui fait office de serveur. Ce qui signifie que quand je rame à bosser sur autre chose, comme par exemple l’export d’une vidéo qui bouffe toutes les ressources de mon linux, et bien, évidemment, le site rame aussi. Voire si je plante, Horus devient inaccessible le temps que je reboote.

Par contre, je n’ai pas de soucis de stockage et je suis totalement libre de ce que j’y fais. Et donc j’y fais quoi ?

Plein de tests pour du RichContent et vous proposer des résultats finis et fignolés ici. Ce qui est le cas de Léa, une IA en apprentissage qui est un personnage de l’Apocalypse du Cœur (l’IA d’Elisa dans le livre). Elle est prévue pour vous parler de l’univers et de la saga en trois tomes.

Il y a aussi des vieux sites que j’avais faits et que je remets plus ou moins à neuf. Pour l’instant, il n’y en a que deux, qui étaient perso. Mais j’espère en montrer d’autres que j’avais faits pour des artistes ou d’autres projets.

Le vrai problème pour ce vieux code vintage, c’est que pas mal de choses avaient été faites en flash et ce n’est plus aux normes actuelles. Tant mieux quelque part. Mais comme nous, graphistes, on nous forçait la main à l’époque, ben je suis vachement ennuyé pour vous les exporter sans vous obliger à obtenir le plugin propriétaire de macromedia… On trouvera bien une solution…

Je vous laisse découvrir Horus par vous-même, à savoir que pas mal de choses dessus ne sont pas encore visibles mais ça vient au fur et à mesure.

Dernière chose : Une pensée pour mon ancien collègue de Publicis Technology, Lionel, administrateur réseau à l’époque dans les années 2000, qui m’avait montré le « vrai » Horus Data en fin de vie. Il quittait régulièrement son frigo où se trouvaient tous les serveurs pour venir dans l’openspace, et nous engueulait en nous demandant de cesser de transférer TOUT et N’IMPORTE QUOI dessus. Ce pauvre serveur qui n’avait rien demandé… C’est tristement qu’il est monté une dernière fois nous annoncer le départ d’Horus dans les méandres numériques.

Mais la magie égyptienne, c’est ça : affronter le Styx…

Longue vie, donc, à Horus Data.